Plongez au coeur du rêve... #1

Publié le par Miles

Hi guys! Voici deux petits textes (totalement fictifs) que j'ai écris hier soir et que j'avais envie de partager avec vous :). N'hésitez pas à me laissez vos avis (même négatif!), si le cœur vous en dit :). Je vous souhaite un excellent vendredi et une bonne lecture :).

Have fun!

Au détour d’une carte postale, de la radio qui diffuse Thing of you de Rodriguez, je me mets à penser à ces années que j’aurais voulu vivre. Je ne connais pas la vieille Amérique, alors mon esprit vagabonde et se laisse aller à l’imaginer. J’aime rêver des restaurants « diners » aux jukesbox, la route 66, la génération hippie, la folie du rock, du disco dans les 70’s. j’aime m’imaginer au volant d’une Ford Mustang parcourant les longues routes de l’Amérique.

Puis vient le temps où je rêve de Central Park, des longues balades que je voudrais faire là-bas chaque jour avec mes chiens, de là où je voudrais aller courir, ou simplement écrire un roman, assise à la table de la terrasse d’un vendeur ambulant qui aurait élu domicile dans le cœur du parc. Les couleurs des arbres en automne et les feuilles qui tombent m’inspirent la mélancolie tandis qu’imaginer l’hiver et les fêtes me met des étoiles dans les yeux. Au printemps, Central revit et l’été vient nous combler d’une belle chaleur.

Après, je pense aux belles maisons en briques rouges de Brooklyn, à son célèbre pont où j’ai vu les vagues en colère. Perdre ses yeux dans l’immensité de l’eau.

Moi j’aimerai aller voir les années 50,60, connaître la génération 70 et la folie des années disco et les 80’s. Quelqu’un peut m’emmener ? Sinon c’est pas grave, je vais rêver pour vivre et me battre pour survivre.

Plongez au coeur du rêve... #1

Devant ton corps inanimé, je continue de pleurer. Je ne réalise toujours pas. Je ne réalise toujours pas que tu es mort, devant mes yeux. Impuissante. Je t’ai regardé te faire tuer. Je pleure un peu plus encore. J’ai eu peur, pardonne-moi. Pardon.

Je comprends que le choc va laisser place à la tristesse, à l’absence, enfin j’essaie, parce qu’au fond, je ne le pourrai jamais totalement. Pardonne ma faiblesse s’il te plait. Je passe ma main sur mon ventre. Je dois rester debout pour la vie que je porte. Un peu de toi, un peu de moi. Tu aurais voulu que j’avance, mais comment faire sans toi à mes côtés ? Pourquoi est-ce toi qui as perdu la vie ? Fermer les yeux, laisser couler mes larmes. Juste un peu, pour se faire croire que ça me soulage. Rien ne le pourra. Même lui, il aura mal. Est-ce qu’il t’aimera autant que je t’aime ? Oh oui, j’en suis sûre. Le sang coule encore, malgré la froideur qui t’habite. Qu’est-ce que j’aurais dû faire ? Ta mort est le prix à payer, spectacle de mon impuissance. C’est moi qui aurais dû mourir.

J’en connais qui vont être heureux. Personne n’a jamais accepté notre histoire. T’as le double de mon âge, tu traines dans des affaires louches. Rien ne nous destinait à nous rencontrer et pourtant la vie en a décidé autrement. Tout ça pour endurer cette épreuve. Je la déteste. Il n’y a pas de sens à cette épreuve. Il me reste au moins lui. Je dois apprendre à être forte, quoiqu’il advienne, me répéter qu’il restera simplement l’absence de ta présence. Je caresse ton visage une dernière fois, te sourit tendrement comme tu aimais et te recouvre d’un drap. Je quitte la route, part pour un avenir incertain. Pour toi. Pour honorer ta mémoire, mais surtout parce que t’aime. Enfin je vous aime.

Plongez au coeur du rêve... #1
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans writer

Commenter cet article

Bernieshoot 21/08/2015 14:52

Deux textes différents mais qui ont de très bonnes bases tu devrais prendre le temps de les améliorer