En route vers soi. Premier arrêt : S'écouter.

Publié le par Miles

En route vers soi. Premier arrêt : S'écouter.

Hi guys!

On se retrouve aujourd’hui pour un nouveau thème : être soi. C’est une longue route, une véritable aventure avec parfois beaucoup d’embuches, des joies, des déceptions, mais à la fin du chemin, il y a un bien-être qui n’a pas de prix. Personnellement je travaille encore sur moi, mais le chemin que j’ai parcouru m’a déjà beaucoup appris sur moi, le monde, les autres… Mais déjà, je me sens mieux et plus en accord avec moi-même.

J’ai entrepris cette action suite à mes douleurs. Je m’explique. En fait, je vivais à cent à l’heure, en laissant mon esprit vagabonder et penser à dix mille choses en même temps, je vivais sans écouter mon corps, ni ma douleur, je ne savais pas m’arrêter et résultat j’étais tout le temps fatiguée. Résultat, mon corps a lâché. J’ai pris une grosse claque, mais cela m’a permis de rebondir. Je vois désormais certaines choses sous un autre angle. L’erreur est humaine, on en fait tous. Je considère qu’elles sont positives dans le sens où l’on s’arrête quelques instants pour réfléchir aux enseignements qu’elles peuvent nous apporter.

La première chose que j’ai mis en place c’est d’être plus à l’écoute de mon corps. Pour cela je pratique l’écoute active. J’imagine que certains d’entre vous connaissent déjà cet outil utilisé également dans le domaine professionnel, mais qui était initialement conçue pour l’accompagnement de l’expression des émotions.

Prenons un exemple pour mieux comprendre. Mon dos. Aujourd’hui je me sens fatiguée et j’ai mal, sans savoir où précisément.

Lorsque je souhaite écouter mon corps, je veille tout d’abord à faire le vide, être neutre, bienveillante, à être concentrée sur mon objectif, au besoin je le visualise (je ferme les yeux, je garde mon attention fixée sur mon objectif, je capte ma respiration et respire doucement de façon à être détendue, le plus souvent j’imagine que lorsque j’expire, j’évacue le stress, la négativité, etc.).

Je ressens ma colonne vertébrale. Je sens la douleur qui monte et qui descend le long de la colonne à une vitesse folle. Mais je ressens aussi que mon cœur bat très vite. Je me montre empathique envers mon corps, c’est très important. Je lui demande où j’ai mal tout en continuant à respirer lentement et à visualiser le négatif qui part très loin. Petit à petit, la douleur se fait plus précise et je la localise au niveau de mes lombaires. Mais pourquoi ai-je mal précisément à cet endroit ? Je visionne mentalement tout ce que j’ai pu faire et qui a un rapport avec ma douleur (porter une charge lourde, du stress ressenti à un moment précis, un mauvais évènement, c’est à vous de découvrir la cause), la plupart du temps (cela marche pour moi, mais tout dépend de vous, vous apprendrez au fil du temps à déterminer la méthode qui vous convient) j’ai un stimulus, je m’explique : j’ai porté une charge lourde de 10 kilos, je vais y repenser et ressentir à nouveau la douleur avec une certaine intensité. Merci le corps et sa mémoire, c’est un excellent outil pour déterminer les causes de la douleur ou ce qui nous fais plaisir ou non.

Ici donc, ce qui m’a causé la douleur est le port de cette charge. Dans un premier temps, je vais chercher à soulager ma douleur. Dans un second temps, je vais me demander comment à l’avenir l’éviter, cela peut passer par la recherche de moyens pour éviter de porter lourd en une fois, demander de l’aide… Tout dépend de VOUS et de votre moyen de fonctionner.

J’ai pris l’exemple de mon dos parce que je suis atteinte de douleur chronique, mais vous pouvez l’utiliser pour n’importe quoi et n’importe quelle situation. Encore une fois, à vous de savoir quel procédé utiliser.

Mes méthodes reposent principalement sur la visualisation et le mental.  Je m’observe : ce qui marche pour moi c’est de me visualiser, apparaît ensuite mon double qui est en fait invisible. Il me suit partout, me regarde, analyse ce que je fais, tel un ange gardien.

Qu’importe le domaine, que ce soit pro ou vie privée. Cela m’a permis de faire attention à des petites choses comme le fait de m’énerver souvent pour rien, de laisser la douleur me submerger au lieu de m’arrêter et de respirer. Maintenant, je contrôle beaucoup mieux mes émotions lorsque j’ai mal.

Je me sens déjà mieux et je vis beaucoup en accord avec moi-même.

Voilà pour le premier arrêt. Je publierai d’autres articles en rapport avec le thème « d’être soi ». Si cela vous intéresse, je peux faire une vidéo sur cet article, laissez un petit message si c'est le cas :). En tout cas, j’espère que cet article vous aura plu. N’hésitez pas à me laisser vos impressions, j’adore découvrir vos petites astuces et lire vos avis. Vous pouvez aussi partager vos expériences, je les lirai avec grand plaisir !

Rendez-vous sur Hellocoton !

En route vers soi. Premier arrêt : S'écouter.

Publié dans Happy

Commenter cet article